Le problème de Kurt Claßen – propriétaire du pré

Le camp sur la prairie, qui serve de camp de protestation et de résistance et de lieu de rencontre important pour les activistes depuis le début de l’occupation de la forêt, doit maintenant être évincé. Kurt Claßen, propriétaire du terrain situé à la lisière de la forêt et camarade dans la lutte pour la préservation de la forêt de Hambach, a déposer une plainte avec l’aide de son avocat contre l’expropriation forcée, qui fut ordonnée par le gouvernement du district d’Arnsberg et demandée par RWE. Cette plainte retardera le procès pour le moment. Selon une lettre de Kurt Claßen sur l’illégalité de l’ordre issue par l’autorité des bâtiments, représenté par le gouvernement, l’expulsion menaçante risquerait de priver les activistes de l’infrastructure nécessaire aux réunions. Cela viole le droit fondamental à la liberté de réunion Plus…

Actuellement, une excavatrice à godets d’RWE est bloquée

Ce texte nous fut envoyé
Actuellement, une excavatrice de RWE est bloquée. Le 6.10.2018, des activistes près des roues à godets ont forcé le conducteur de l’excavatrice à arrêter la machine. Aujourd’hui, le 7 octobre, vers 11 heures, la police a tenté de délimiter une vaste zone autour de l’excavatrice. Les pompiers parlent aux activistes. Une expulsion de l’occupation ne va pas dans le sens de la police à cause de la proximité du bord de la pente creusée.

La résistance, la créativité et la détermination de nombreuses personnes différentes montrent que la police et RWE ont perdu le combat pour la forêt, non seulement politiquement à longe terme, mais également à l’heure actuelle. Pour que cela continue, les combats doivent être prolongés et emportés dans les villes, contre les actionnaires du groupe RWE, afin de défendre et de sécuriser les acquis et les nouvelles cabanes dans les arbres. La police est stupéfaite et consternée par l’énergie avec laquelle la forêt est envahie encore et encore. Aussi en semaine, les citoyen*s sont invité*s à rendre des visites dans la forêt pour aider les anarchistes et les autres habitants de la forêt.

Service de presse anarchiste Hambi


Droits photo: Service de presse anarchiste
p/a Centre social / Bureau de presse du Hambi Camp Manheim,
ou bien Media Point Hambach Forest

7 octobre, 17h00 Les activistes, qui avaient passé la nuit sous la roue de godets d’une excavatrice, ont librement quitté la mine d’RWE. Après plus de 27 heures !

Communiqué de presse du 5 octobre 2018

Communiqué de presse du 5 octobre 2018

Aujourd’hui, la Cour administrative supérieure (OVG, Oberverwaltungsgericht) a fait droit à l’instance dans le cadre d’une demande urgente de B.U.N.D. (Alliance pour l’environnement et la conservation de la nature, Allemagne e.V.) de suspendre le déboisement pour le moment. Une victoire d’étape, car la lutte pour la forêt est loin d’être gagnée. Qu’est-ce que cela signifie pour la forêt? Tout d’abord, la forêt est protégée par le tribunal et est préservée de l’abattage jusqu’à ce que la décision finale de l’OVG soit prise, si la forêt de Hambach tombe ou non sous la Directive habitats. Plus…

Communiqué de presse du 03/10/2018

Traduction en cours

Pour célébrer le jour de la fin – pour le moment – de l’expulsion à Hambi, RWE érige des clôtures et le camp de la prairie fait l’objet d’une descente

Nous sommes aujourd’hui mercredi, 03/10/2018, jour de l’unité allemande, une raison suffisante pour que RWE construise à nouveau une clôture. Dans et autour de la Forêt de Hambach.

L’expulsion de plus de 60 cabanes dans les arbres a commencé le 13 septembre. Hier mardi, le 2 octobre, après 19 jours, ça y est.

Au cours de la dernière semaine – contrairement au moment de repos promis après la mort de Steffen – les villages des cabanes dans les arbres restants ont été expulsés. L’opération était caractérisée par une négligence massive ainsi que par une intervention policière violente. Plus…

Pas d’élévateurs pour les expulsions – Clause d’exclusivité dans tous les baux

Le 18 septembre, les compagnies Gerken ( pas de version française de leur communiqué de presse ) et Cramer ( français ) ont retiré leurs plates-formes élévatrices de l’évacuation de la forêt de Hambach. Nous espérons que ce pas important et responsable va se répandre. Les deux sociétés avaient été informées de l’utilisation inappropriée de leurs appareils par des marcheurs attentifs. Nous les remercions pour ces conseils.
Dans leurs déclarations, les deux sociétés soulignent également qu’elles n’ont pas été informées à l’avance de l’utilisation prévue de leurs machines. C’est pourquoi nous recommandons pour la location de plate-forme élévatrice :

Clause d’exclusivité dans tous les baux – Pas d’utilisation pour les expulsions Plus…

Communiqué de presse 20/09/2018 – Mort tragique dans la Forêt de Hambach

Mercredi après-midi, vers 15h45, un journaliste du mouvement, le blogueur et militant Steffen Horst Meyn, est décédé dans le village de cabanes dans las arbres de Beechtown dans la Forêt de Hambach. Il s’est écrasé alors qu’il tentait de documenter une action d’expulsion en cours menée par le Groupe spécial de police (SEK), à partir d’un pont suspendu d’environ 20 m de hauteur. Les secouristes sur le terrain ont tenté de le réanimer. Selon nos informations, cependant, il est mort un peu plus tard, toujours dans la forêt, dans un hélicoptère de sauvetage. Plus…

Un journaliste est tombé d’un arbre et est mort – les activistes exigent un arrêt immédiat de l’intervention dans la Forêt de Hambach

deutsch | english | español

Un ami qui nous a accompagné dans la forêt depuis longtemps en tant que journaliste, est tombé aujourd’hui à Beechtown d’un pont suspendu de plus de 20 mètres de haut et est décédé. En ce moment-là, la police et RWE ont tenté d’expulser le village de cabanes dans les arbres. L’SEK était en train d’arrêter un activiste près du pont suspendu. Notre ami y était apparemment en route quand il est tombé. Plus…

Communiqué de presse – 11/09/2018

À propos de « bandes de sécurité » possibles et d’une attaque présumée aux cocktail Molotov

Le gouvernement du land de Rhénanie du Nord-Westphalie utilise, semble-t-il, n’importe quel excuse pour légitimer la destruction de la forêt de Hambach, vieille de 12 000 ans.

Nous avons reçu des informations selon lesquelles la police envisage de dégager une « bande de sécurité » le long de la L276, aussi connue sous le nom de route Secu, malgré l’arrêt de la coupe jusqu’au 14 octobre. Cela signifierait le défrichement de tout le sous-bois de la lisière de la forêt sur une bande de plusieurs mètres de large.

L’arrière-plan de leur décision de défricher des centaines de mètres carrés est une attaque présumée aux machines de déforestation de RWE, avec des pierres et un cocktail Molotov, au petit matin du 10 septembre.

Cependant, la preuve concernant cette attaque alléguée est discutable.

Un-e journaliste qui se trouvait sur la scène du crime a déclaré peu après :

« Il y avait une sorte de liquide sur le sol, mais il n’y avait nulle part de verre brisé, de bouteilles ou d’autres contenants. Habituellement, la police ne retirait pas les preuves lors de la photographie des lieux du crime, mais ici il n’y avait rien à trouver. »

Le reportage exagéré sur cette attaque présumée cette attaque présumée, qui n’a causé que des dommages superficiels aux machines d’RWE et aucune blessure personnelle, n’est rien d’autre qu’une distraction des véritables délinquants, à savoir le géant énergétique RWE, le gouvernement de Rhénanie du Nord-Westphalie et sa bande de casseurs en uniforme, dirigée par le ministre de l’Intérieur Herbert Reul (CDU).

Pendant les violentes émeutes autour de l’occupation de la Forêt de Hambach, il est devenu clair de quel côté c’était la faute. Jusqu’à présent, les forces de la police ont fait plusieurs attaques contre des activistes, des partisan*s et des représentant*s de la presse. Parmi eux, le chauffeur d’une cuisine mobile, menacé par des armes à feu pointées à son visage, et un militant pacifique, qui a dû être hospitalisé à cause d’un bras cassé.

Le ministre de l’Intérieur de NRW, Herbert Reul (CDU), responsable de la violence, utilise les armes de l’État pour protéger les intérêts du géant énergétique RWE et du lobby du charbon, alors qu’il attaque les droits civils, la liberté de manifestation, la liberté de réunion et la liberté de mouvement.

Toutes les attaques contre RWE et leurs protecteurs parrainés par l’État émergent donc dans le contexte de l’autodéfense contre la destruction de la nature, des habitats, du climat mondial et la répression brutale des protestations civiles ou de la justice climatique par la police.

Bien que pas toutes les personnes impliquées dans la lutte pour la conservation de la forêt et la sortie immédiate du charbon ne soient d’accord avec les tactiques militantes de certains activistes autonomes, il est évident qu’une grande variété de tactiques de résistance sont inestimables et non seulement légitimes pour la conservation de la Forêt de Hambach.