C’est et sera toujours la même lutte

Voir aussi : Jour X proclamé à nouveau
Bien que nous savons qu’une action policière dans la forêt peut avoir lieu à tout moment, nous nous levons à 7 heures. Nous sommes réveillé∗s par des cris « police dans la forêt ». Des fourgons de police avaient pris l’ancienne autoroute A4, s’arrêtent et des flics sortent. Rapidement, nous apportons les objets importants derrière la barrière de protection sous la tour, fermons et barricadons l’entrée et puis remontons l’échelle. Pendant ce temps, le Krähennest ( nid de corneilles ) est entouré. Des équipes de police photographient et cartographient l’emplacement des cabanes dans les arbres. Des slogans sont criés. Nous sommes tendus. Une chargeuse sur pneus entre dans la forêt et enlève le bois mort. Ensuite, le conducteur s’approche de la tour avec des gestes agressifs. Depuis le balcon, des activistes observent la situation. Il laisse tomber sa pelle sur la station de rinçage, saisit les gravats et les balance au niveau des activistes. Des planches, des plats et des éclats volent autour, sur le balcon et sur le sol de la forêt. Ainsi, la blessure de personnes, à raison de l’agression personnelle et les jeux de pouvoir de l’opérateur de la machine, est consciemment acceptée et structurellement rendue possible par la police. Les employés d’RWE viennent avec des tronçonneuses et commencent à scier notre monopode, qui n’a pas encore été mis en place, afin de faire tout le travail en vain. Après cela, les gens d’RWE ont commencé à scier des matériaux de construction, des planches, des bois équarris et des poutres. Notre colère monte et se décharge par des cris de protestation. Après quelques instants, le travail est arrêté, les forces se retirent un peu. Une courte pause commence. Nous utilisons l’occasion avec renforcement pour sécuriser davantage de matériel sur le terrain. Ensuite, un grand contingent de flics revient. Leur annonce est la suivante: il y a eu un jet d’excréments, la personne doit se rendre, sinon elle serait prise de force de la cabane dans les arbres. Après un moment, une chargeuse sur pneus commence à construire un chemin d’accès en sable par la forêt. L’information arrive qu’une élévatrice est en route. Est-ce le prélude au nettoyage des cabanes dans les arbres? Secrètement, nous disons au revoir aux cabanes dans les arbres, que nous avons construites, dans lesquelles nous avons vécu plus ou moins longtemps, et au village, planifié en commun. Mentalement, nous nous préparons aux poignées douloureuses et aux coups de poing, nous réfléchissons à la façon dont nous allons nous comporter. Après l’annonce de la police, nous décidons ensemble en plénière de continuer à défendre l’occupation de manière solidaire. Le fait que la police avec plusieurs centaines, des unités spéciales et du matériel technique lourd soit sur place soulève la question de savoir dans quelle mesure le prétendu jet de selles pourrait justifier l’ampleur et l’intensité de cette opération. Un peu plus tard, on apprend que l’élévatrice sur l’ancienne autoroute A4 est bloquée et occupée par des gens. Merci pour cela – nous exultons de joie ! Il est maintenant si tard que la police annule l’action et annonce que l’expulsion doit avoir lieu le lendemain matin. Soulagement au temps gagné – mais à quel prix ? Des mâts d’éclairage sont installés et le Krähennest est baigné de lumière forte. Les projecteurs brillent et les générateurs produisent un bruit constant. Dans la cabane et dans la tour, il est exceptionnellement lumineux. Nous essayons de dormir et de nous détendre. La situation est extrêmement stressante. Comment devrions-nous dormir dans ces conditions ? La situation de surveillance nous met sous une pression immense. Chacun de nos mouvements est enregistré avec des caméras, chaque mot prononcé à voix haute, nous nous demandons s’il est également enregistré. Maintenant l’aube arrive et nous sommes fatigué*s. Encore une fois, la police annonce que si la personne descende qui ait jeté le seau, le siège serait immédiatement fini. Nous ne faisons pas confiance à l’annonce, est-ce un truc ? Nous restons dans les cabanes ! Nous sommes en alerte ! Cela s’intensifie alors que la police commence à repousser agressivement nos partisan*s et à élargir le cordon autour du siège. Sommes-nous encore plus isolé*s et que les événements à venir soient à l’abri du public ? Alors que la tronçonneuse d’un employé d’RWE hurle et commence à couper un accès pour l’élévateur, une personne descend en rappel de la cabane. Des flics courent vers lui. L’arbre est abattu, malgré l’arrestation en cours. Les cris de protestation sonnent plus fort que la tronçonneuse. La personne descendue est emmenée. Nous sommes horrifiés et en colère. Est-ce le prélude à l’évacuation de Krähennest ? Nous défendrons systématiquement toutes les cabanes dans les arbres!
Après un certain temps, la police se retire vraiment, les élévateurs s’en vont et la situation se calme lentement. La destruction reste. Le lendemain, nous sommes à Kerpen, devant le tribunal de district, dans un puissant mouvement de solidarité et de soutien pour la personne arrêtée, qui est accueillie à grands cris lorsqu’il revient libre. Nous sommes très reconnaissant*s pour les nombreux moments de soutien autour du siège ! Face à la crise climatique, à la destruction de l’environnement, du patrimoine culturel et des communautés humaines aux abords immédiats de la forêt et dans le monde entier, nous ne voyons aucune proportionnalité dans les actions de la police, de la politique et d’RWE. C’est ridicule et nous met en colère que le reportage et le discours public tournent maintenant seulement autour d’un jet de selles supposé, tandis que la lutte réelle n’est pas mentionnée. Nous sommes ici parce que nous faisons obstacle à la destruction de la forêt et aux décisions politiques non durables, dans l’intérêt des entreprises !

Nous sommes ici et nous allons continuer notre lutte !

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.