La lutte contre le lignite en Turquie – des parallèles frappants avec le bassin rhénan

Le lignite est également extrait en Turquie, bien que les énergies renouvelables gagnent du terrain là aussi et qu’il soit clair depuis longtemps que la production d’électricité à partir du lignite est non seulement un désastre social et écologique, mais aussi de plus en plus discutable du point de vue économique. Mais LİMAK Holding est apparemment déterminée à presser ce citron jusqu’à la dernière goutte. Ce qui semblait si simple jusqu’à présent, semble soudainement ne plus fonctionner non plus. L’été dernier, alors qu’il y avait des feux de forêt partout en raison de la sécheresse, la compagnie d’électricité a envoyé des équipes d’abattage, soi-disant pour lutter contre les incendies. Depuis lors, les villageois montent la garde. Elles ont rapidement reçu l’aide des villes et c’est ainsi qu’est né un village de résistance fait de tentes et de remorques de construction, qui est désormais connu dans tout le pays. Le soutien est venu non seulement des personnes qui ont aidé à garder la forêt, mais aussi de juristes spécialisés dans l’environnement. Autre parallèle avec le bassin minier rhénan : tant que la situation n’est pas clarifiée, le LİMAK et l’autorité forestière ne sont pas autorisés à procéder à de nouveaux abattages ( voir Lützerath ). Autre parallèle : non loin de İkizköy, à Turgut, une agricultrice a gagné un autre procès. Mais sa maison est la dernière à être encore debout dans son village.

Une agricultrice, oui. Car les gens du village, ce sont surtout des femmes. Beaucoup d’hommes travaillent ailleurs et les femmes ont fait quelque chose qu’on n’attendait pas vraiment d’elles. Elles se battent. C’est pourquoi nous avons traduit un article qui décrit la situation du point de vue des femmes. A la fin vous trouverez plus de liens, dont un en allemand et un en anglais.
Le texte suivant est une traduction de l’anglais. L’original se trouve ici :
Women pioneers of the İkizköy resistance: we breathe from these forests

Pionnières de la résistance à İkizköy : nous respirons de ces forêts

Pionnières de la résistance contre les efforts de la société holding LİMAK pour agrandir une mine de lignite pour une centrale électrique dans la forêt d’Akbelen à İkizköy, district de Milas, en Muğla : « On peut dire que cette résistance est principalement menée par des femmes, car voici c’est principalement un domaine des femmes. On se nourrit de ces forêts, on respire sur ces forêts. »

La forêt d’Akbelen (District de Milas en Muğla) est en train d’être abattue pour alimenter en lignite la centrale thermique de Yeniköy Kemerköy exploitée par LİMAK Holding.
Les habitant.e.s du village d’İkizköy, où se trouve la forêt, se battent contre l’approbation du ministère de l’Agriculture et des Forêts d’ouvrir une mine de lignite dans les 740 hectares au lieu de la forêt d’Akbelen.

La population locale et le mouvement écologiste ont poursuivi le ministère de l’Agriculture et des Forêts et la Direction générale des forêts devant le 1er tribunal administratif de Muğla. Après avoir reçu la défense de l’administration, le tribunal a décidé qu’une expertise devait être réalisée en forêt.

Sans attendre la décision de justice, la Direction générale des forêts est entrée dans la forêt avec des machines le 17 juillet et a commencé à couper des arbres. La population d’İkizköy a alors déposé une plainte pénale contre les représentants de la Direction générale pour « faute professionnelle ».
Grâce à la lutte de la population, qui a dressé des tentes et a commencé à monter la garde à l’entrée de la forêt, l’abattage des arbres s’est arrêté.

Dans deux procédures distinctes, les tribunaux administratifs ont ordonné un statu quo pour la forêt d’Akbelen ( aucun autre fait ne peut être créé jusqu’à la clarification judiciaire. )
Concernant la situation actuelle dans la région après ces deux décisions de justice, Esra Işık, contact presse pour la commission de l’environnement d’İkizköy, déclare : « Nous étions très heureux après tous ces efforts. Mais nous montons toujours la garde au même endroit. »

Pionnières de la résistance à İkizköy

Nejla Işık, la porte-parole de la communauté environnementale de İkizköy, qui fut l’une des premières à marcher dans la forêt lorsqu’elle entendait parler de l’abattage des arbres, à propos de son expérience du premier jour : « Quand j’ai dit dans cette vidéo : Je ne peux pas respirer, je ne pouvais vraiment pas respirer parce que mes arbres, ma forêt avaient disparu. Et si elle ne peut pas respirer, je ne peux pas respirer non plus. Je me battrai pour ces forêts jusqu’à la dernière goutte de mon sang. Je sacrifierai ma vie si c’est nécessaire. »

« C’est principalement un domaine des femmes »

Işık explique que comme elles habitent dans une zone touristique, leurs conjoints travaillent toujours dans ses centres, donc il y a plus de femmes dans le village, les forêts sont aussi la responsabilité des femmes, et donc cette résistance est très importante pour les femmes locales : « Nous pouvons dire que cette résistance est principalement faite par les femmes, car c’est avant tout le domaine des femmes. On se nourrit de ces forêts, on respire sur ces forêts. Nos animaux sont ici, notre travail est ici. Si ces forêts disparaissent, nos animaux, nos emplois, nos vies seront détruits », dit-elle.

« Nous ne les laisserons pas nous prendre nos vies »

Aytaç Yakar manifeste également à İkizköy. Yakar explique qu’elle ne voulait pas quitter sa région de naissance : «Nous ne voulons pas d’argent, nous voulons rester ici. Nous ne voulons pas que notre nature, notre espace de vie, soient détruits. Si vous plantez un olivier, vous aurez une olive dans dix ans. On a fait tous ces efforts, on a une vie ici. Nous, surtout les femmes, gagnons notre vie ici. Les hommes sont ailleurs, mais nous, les femmes, sommes dans le village. Nous ne les laisserons pas nous prendre nos vies », dit-elle.


Pour en savoir plus :
taz: Braunkohleabbau in der Türkei: Bittere Oliven
beyond-coal.eu: Akbelen struggle gives hope in these difficult days

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.