Le procès en appel d’Ella à Giessen a commencé


Ces secondes sont l’objet du procès.
Voir tout en bas : image en taille réelle, avec une petite explication

| deutsch | englisch |

Le 26 novembre 2020, l’expulsion du village de maisons dans les arbres appelé « Nirgendwo » eut lieu dans la forêt de Dannenrod. Il s’agissait d’une partie des protestations contre le projet absurde d’autoroute A 49.
C’est à cette occasion qu’Ella fut arrêtée et placée depuis en détention provisoire. La police avait justifié le mandat d’arrêt par une prétendue tentative d’homicide.
de district
Le 24/6/2021, Ella fut condamnée à deux ans et trois mois de prison par l’Amtsgericht (tribunal de district ) d’Alsfeld. L’accusation initiale d’intention de tuer s’était transformée en celle d’avoir blessé un policier. Il existe des enregistrements vidéo complets de ce qui s’est passé, qui parlent un tout autre langage. Nous montrons ici le moment décisif sous forme de gif. La sécurisation du « flic grimpeur » est brièvement visible derrière la banderole. Ella a pu la voir tout au long de l’action. Ceux qui s’y connaissent un peu en matière de football savent qu’un coup de pied a l’air différent. On dirait plutôt qu’Ella veut pousser un ballon ennuyeux qui se trouve sur son chemin. Comment cela s’est transformé en blessure reste un miracle de la médecine.

Lundi dernier ( le 17 janvier 2022 ), le procès en appel d’Ella s’est ouvert devant le tribunal régional de Hesse à Gießen.

Dans un article publié le même jour ( dans le quotidien taz du 17/1/2022 ), Ella explique son refus de donner le moindre détail personnel : « Elle refuse d’être classée par l’État dans des catégories telles que le sexe ou genre, l’âge ou l’origine. Ce qui est plus important, c’est ce qui unit les gens ». Les autorités de Hesse parlent pourtant de l’UWP 1, c’est-à-dire unbekannte weibliche Person 1, personne féminine inconnue 1.

Comme on le voit clairement sur le gif, Ella bouge son pied dans la direction de la tête casquée, plus comme un geste ( Casse-toi !) que comme une tentative sérieuse ( car sans espoir ) de s’opposer à une arrestation. Et encore moins dans l’intention de tuer, car comme d’habitude, ce flic grimpeur était bien sécurisé. Ceux qui prétendent le contraire ne font que ruiner leur propre crédibilité. La « blessure », consécutive à un prétendu mouvement de peur, dont on ne voit rien sur la vidéo, fut prouvée par de douleurs au cou, seulement trois ou quatre jours plus tard.
Nous avons déjà vu cela dans la forêt Hambi. Lors d’une attaque extrêmement dangereuse d’un conducteur de pelleteuse sur un tripode, un objet lui fut lancé de là-haut, qui fut arrêté par son pare-brise. Ce conducteur s’est ensuite senti blessé au cou, car il aurait fait un brusque mouvement de tête «sous l’effet de la peur». Le médecin de la mine l’a ensuite volontiers confirmé.
Dans ces deux cas, il ne semble pas y avoir de problème pour raconter de mauvais mensonges au tribunal et s’en tirer avec ça.

Et puis il y a l’accusation selon laquelle Ella s’est cognée le genou contre le visage d’un autre officier du SEK. Rien de tout cela ne peut être vu sur les enregistrements vidéo sans lacune. Et si nous tenons compte de la crédibilité de cette équipe bleue, il y a même la question de savoir s’il y a même eu un contact accidentel entre le genou d’Ella et le visage du flic. Jörg Bergstedt, spécialiste des méthodes du judiciaire allemand, déclare : « Tout ce que les policiers ont dit au tribunal au sujet de l’expulsion est menti. ».

Regardez le documentaire sur les mensonges de la police et de la justice dans ce mauvais théâtre, par exemple sur Vimeo. Vous pouvez trouver le même film sur YouTube aussi, avec des sous-titres en plusieurs langues si vous le souhaitez : Ella – von den Lügen einer Staatsmacht, die einschüchtern und verschleiern will, en français Ella – sur les mensonges d’un pouvoir d’État qui veut intimider et dissimuler. Le film montre tout ce qui s’est passé. Pour la plupart des images de caméras de police ont été utilisées. Les scènes clés ont également été reconstituées par une troupe de théâtre dans les arbres d’une ville. À voir. Avertissement de déclenchement : cela montre comment la vie d’Ella était en danger, et non l’inverse, comme le prétendent les flics impliqués.

Que sont ces autorités qui ne rougissent même pas lorsqu’elles mentent, alors que des vidéos prouvent le contraire pour chaque allégation ? Qui qualifient les groupes de discussion nazis dans la police de cas isolés, y compris au sein du SEK à Francfort, et non de cas liés au système ? Qui appellent suicide le fait qu’une personne arrêtée et attachée brûle en garde à vue ? Comment se fait-il que presque toutes les plaintes contre la violence policière tombent à l’eau et se terminent souvent par une contre-plainte à des fins d’intimidation ? Nous pourrions continuer la liste à l’infini, ne serait-ce que pour notre forêt de Hambach.
Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de personnes au cœur humain dans la police. Malheureusement, elles sont trop souvent mutés, intimidés par des collègues ou diffamés comme fous ou alcoolique lorsqu’elles veulent témoigner contre la violence dans leurs propres rangs. Alors elles feraient mieux de se taire.
Et qu’en est-il de la justice ? Il a fallu longtemps pour que les nazis en tenue de juge disparaissent après la guerre. Non pas parce que l’Allemagne d’après-guerre n’en voulait plus. Ils ont pris leur retraite. L’un d’eux est devenu Premier ministre à la place. Donces les « gentil.le.s » ont le vent en poupe ? L’occupation de la forêt était juridiquement un rassemblement non dissolu, et pour cette seule raison, le comportement défensif d’Ella contre son arrestation mettant sa vie en danger ne devrait pas être puni. Le tribunal de district d’Alsfeld a déformé la loi – comme le montre clairement et de manière légalement concluante la vidéo, confirmée par d’autres jugements dans des affaires similaires. Quelque chose semble se passer avec certains tribunaux, bien que cela ne signifie pas que certains crient maintenant « Le pouvoir au peuple ! ».

Espérons pour Ella que la cour d’appel chargée de l’affaire en ce moment, juge plus équitablement que le tribunal de première instance.

Et d’ici là: écrivez à Ella ! Des informations à ce sujet en allemand et en anglais
Haftunterstützung Hessen – Prison Support in Hessen

Pour plus d’informations de fond, en allemand tous les articles du taz sur la forêt de Dannenrod


Ces secondes sont l’objet du procès. Le dispositif de sécurité du flic grimpeur est brièvement visible derrière la banderole. Ella pouvait le voir tout le temps. Tous ceux qui connaissent un peu le football savent qu’un coup de pied est différent. On dirait plutôt qu’Ella veut repousser un ballon qui se trouve sur son chemin. Mais ce n’était pas un ballon, c’était un policier qui n’arrêtait pas d’attrapait ses pieds et de mettre sa vie en danger d’autres manières aussi. Pour plus de détails choquants, voir la vidéo. Si vous préférez voir cette vidéo avec des sous-titres, allez à YouTube ( dans un nouvel onglet )

Ella – von den Lügen einer Staatsmacht, die einschüchtern und verschleiern will (Full-HD) from Projektwerkstatt on Vimeo.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.