Pas de boulot sur une planète morte – Un excavateur de lignite occupé à Hambach

Pas de boulot sur une planète morte – Un excavateur de lignite occupé à coté de la Forêt de Hambach

fil d’info | deutsch | english | español

Tôt le matin du dimanche 21 octobre 2018, un groupe de activistes a occupé une fois de plus et a ainsi bloqué une excavatrice dans la mine de lignite. Les activistes ont grimpé pacifiquement et y ont apposé des banderoles disant « Pas de boulot sur une planète morte », soulignant une fois de plus que l’action est dirigée contre la mine de lignite et non contre le personnel.

Les gens voulaient faire prendre conscience du fait qu’un arrêt temporaire de la déforestation ne met pas fin à l’exploitation de lignite destructrice. La nature est en train d’être détruite, des villages démolis, la population forcée de déménager et des régions entières dévastées au détriment des générations à venir. Alors qu’ils se cachent continuellement derrière des contraintes extérieures d’intérêt public, l’extraction du charbon est poursuivie uniquement pour des intérêts privés. Ignorer les dépenses à long terme rend l’extraction du lignite lucrative – mais seulement pour une très petite minorité. Techniquement elle est inutile pour l’approvisionnement en énergie, pour le climat le plus destructeur et n’a pas d’avenir. La suppression d’emplois permanente est prévues depuis des années par RWE et n’est pas du tout liée aux occupations. Au contraire, les actions et la résistance dans la forêt de Hambach ont créé de nombreux jobs dans le secteur de la sécurité.
À long terme, il est impossible de maintenir les emplois dans l’extraction de lignite. Au lieu de cela, nous avons besoin d’alternatives respectueuses du climat ou devons œuvrer pour une société fondée sur la solidarité. Cette idée émancipatrice, opposée au dogme dominant actuel consistant à maximiser les profits et à la demande croissante de contrôle total, est appliquée depuis des années dans la vie quotidienne de la Forêt de Hambach, tout en étant violemment réprimée par l’État et les grandes entreprises. Mais ils n’ont pas réussi – chaque expulsion a fait grandir la résistance et incité les gens à développer et à expérimenter les concepts de vivre ensemble fondés sur la solidarité.
Chacun* de nous a la responsabilité d’agir elle-lui-même, qu’il s’agisse d’occuper une excavatrice, de construire des cabanes dans les arbres ou de faire la vaisselle dans le camp. Ensemble, nous pouvons réaliser quelque chose!

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.