Lettre ouverte aux employé*s d’RWE et au syndicat IGBCE

Cette lettre fut distribuée aussi à des syndicalistes, voir Action confusion marximale

Chers syndicalistes, chers employés de RWE,

Je vous écris en tant qu’activiste dans la Forêt de Hambach. Je sais qu’il y avait presque toujours de mauvais mots entre nous dans le passé. Mais on se demande si ça doit être comme ça.

Après tout, vous avez peur de ne pas pouvoir vous occuper de vous et de votre famille si vous perdez votre emploi. C’est plus que compréhensible. Et nous voulons que nos enfants et petits-enfants aient également une planète habitable. Cela peut être compréhensible pour vous.

En fait, comme nous, vous avez peur de RWE. Nous, parce qu’ils vont détruire nos maisons et notre avenir. Vous, parce qu’ils ne vous donneront peut-être plus ce dont vous avez besoin pour vivre. Nous pourrions avoir un adversaire commun. En fait, le rôle d’un syndicat a toujours été de représenter les intérêts des employés devant leur entreprise? Et soyons honnêtes, nous savons tous ce qui se passera dans les prochaines années. Tôt ou tard, RWE quittera le lignite et touchera des millions de compensations et d’indemnités. En tant que simple employé-e, vous ne verrez rien de tel. Et vous pouvez être sûr que personne au niveau de la direction ne rencontrera de problèmes existentiels.

Alors, commencez à faire ce qu’un syndicat devrait faire. Exigez de participer aux indemnités de licenciement, de continuer à être payé après la sortie du charbon, même quand ils n’ont plus besoin de votre main-d’œuvre (parce que, honnêtement, qui aime avant tout bosser?). Augmentez le poids de vos revendications avec des grèves ou des sabotages. Après tout, la semaine de 40 heures et le week-end n’ont pas été gagnés, les syndicats s’étant laissés aller aux entreprises.

Peut-être pourriez-vous simplement venir nous rendre visite et discuter autour d’un thé, d’une bière ou d’un jus de fruits de la façon dont nous pouvons nous aider les un-e-s les autres à conserver vos et nos moyens de subsistance? Peut-être que nous pouvons nous allier contre la société qui nous attaque et vous exploite? Et si non, pouvons-nous au moins essayer de comprendre nos peurs mutuelles et de réduire l’inimitié personnelle, même si nous sommes ensuite revenus de différents côtés?

Et peut-être que nous réalisons que nous voulons tous les deux le même monde? Un monde où vous avez même droit à une bonne vie si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas vendre votre travail en ce moment là?

Je ne veux pas que vous soyez nos ennemis. Nos ennemis s’appellent RWE et le capitalisme. Et vous en souffrez comme nous.

Mais si vous venez détruire nos maisons, nous nous défendrons. Pas par haine pour vous. Mais par nécessité. Je suis sûr que vous comprenez ça. Je suis sûr que si quelqu’un venait chez vous, vous volait votre maison et menaçait votre famille, vous vous défendriez avec tous les moyens disponibles. Et si quelqu’un-e essaie de détruire ma maison et menace ma famille (choisie), je recourrai également à tous les moyens pour y résister. J’espère que cela ne crée pas de problèmes entre nous.

Salutations optimistes, une activiste

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.