Compte rendu du procès du 12/12 à Daun

Traduit par machine, correction bientôt
Le plus important en premier lieu: le procès intenté pour plongée dans une benne à ordures le 12/12 devant le tribunal de district de Daun a été abandonné après 50 heures de services sociaux ( à compléter dans une association ou une société choisie par l’accusé et l’avocat de la défense ).

Même avant le début du procès, des événements remarquables se sont produits. Tout d’abord, de nombreuses personnes sont arrivées très tôt pour accompagner le procès en toute solidarité. Alors d’abord un grand merci à tous ceux-celles qui étaient présent-e-s. Les itinéraires de voyage en partie longs et le grand éventail d’âge nous ont particulièrement impressionnés. À un moment donné, le témoin de police, Rönsch ( de Kempten, en Bavière, où se trouve le supermarché real, qui a initié la plainte pénale ) est également apparu. Au cours de l’enquête, Rönsch avait déjà montré, en relation au reproche, une volonté inhabituelle de persécuter. Lorsque l’avocate de la défense l’a salué chaleureusement et s’est présentée, il a réagi de manière très agressive en lui disant: « Je ne veux pas que vous m’essayiez, retournez chez votre client ».

Après avoir informé les témoins et établi la présence, le défendeur a initialement soumis une demande de modification de son avocat. Cette question a ensuite été discutée pendant plusieurs minutes car le juge et le procureur chargé de la réunion s’inquiétaient de l’absence de conflit d’intérêts. Ce n’est qu’après que la défenderesse élue a clairement fait savoir qu’elle clarifierait cette question en cas de doute de la part d’un tribunal des plaintes, et le juge a finalement accepté de les admettre. Il s’ensuivit la lecture de l’acte d’accusation.

Même avant l’invocation des preuves, l’avocat de la défense a demandé si quelqu’un avait réellement intérêt à ce que les négociations principales se poursuivent, y compris l’audition de deux témoins et une éventuelle deuxième instance, ou si cela ne pouvait pas être réglé. L’accusation et le juge étaient ouverts à la proposition, puis à une longue discussion sur la question de savoir si l’ensemble devait s’inspirer du droit pénal des adolescents ou des adultes. Après s’être mis d’accord sur le droit pénal des adultes, le procureur déclara vouloir imposer 80 heures de services sociaux. Finalement, ils ont accepté 50. L’association nommée par le défenseur a été acceptée.

Lorsque les témoins ont été invités à revenir et ont été informés que leur déclaration n’était plus nécessaire en raison de cet abandon, un policier a visiblement dû résister à la rage. Seul à voir cela valait le non-sens.

Nous remercions avant tout toutes les personnes présentes qui ont soutenu le procès de manière solidaire. Vraisemblablement, le public nombreux a contribué de manière décisive à ce résultat.

Oh, désolé pour le téléchargement tardif. Le rapport était en réalité déjà terminé le lendemain du procès, mais quelque chose s’est mal passé lors du téléchargement. Merci à ceux qui ont signalé qu’il n’y avait pas de rapport de processus.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.