Communiqué de presse du 03/10/2018

Traduction en cours

Pour célébrer le jour de la fin – pour le moment – de l’expulsion à Hambi, RWE érige des clôtures et le camp de la prairie fait l’objet d’une descente

Nous sommes aujourd’hui mercredi, 03/10/2018, jour de l’unité allemande, une raison suffisante pour que RWE construise à nouveau une clôture. Dans et autour de la Forêt de Hambach.

L’expulsion de plus de 60 cabanes dans les arbres a commencé le 13 septembre. Hier mardi, le 2 octobre, après 19 jours, ça y est.

Au cours de la dernière semaine – contrairement au moment de repos promis après la mort de Steffen – les villages des cabanes dans les arbres restants ont été expulsés. L’opération était caractérisée par une négligence massive ainsi que par une intervention policière violente. Surtout dans le village dans les arbres de Lorien, la police n’a pas pris de gants. Là, des sit-in ont été expulsés, souvent violemment. Certains d’entre eux étaient composés de plus de 140 personnes. Des traverses (des cordes qui sont tendues en tant que lien entre deux arbres) ont été coupées bien que des personnes y soient encore sécurisées. Des arbres ont été abattus alors que des activistes étaient à proximité dans des hamacs.

Encore avant la fin de l’expulsion des derniers villages Lorien et Miketown, de nouvelles plateformes étaient déjà en construction dans la forêt Ghosttown et une cabane oubliée appelée Fenrir a été réoccupé. Ceci a été complété par les occupations ( parfois seulement avec des hamacs dans les cimes des arbres ) Qualityland et Blacksocks.

Puis, lors de la marche hebdomadaire en forêt le dimanche ( 30/09/2018 ), plus de 10 000 personnes sont venues dans la forêt de Hambach pour accompagner le pédagogue forestier Michael Zobel à travers la forêt. Pendant et après la promenade, des gens – y compris des familles avec des enfants – se sont associés pour construire ensemble des barricades. Cela s’est passé le dimanche précédent, lorsque les villages de maisons dans les arbres Beechtown, Cosytown, Lorien, Miketown, Kleingartenverein, T-Town et Paragraphe 11 existaient toujours.

Le lundi 1er octobre, c’était à Paragraphe 11. Les barricades nouvellement construites ont été nettoyées, derrière et derrière lesquelles les gens étaient soumis à une utilisation massive de gaz poivré. Au même moment, une plate-forme avait été dégagée à midi près d’un arbre près de l’Aachener Weiher à Cologne, occupée par des activistes solidaires de l’occupation de la forêt de Hambach.
On Monday, Oct. 1st, Paragraph 11 was in for it. There were first cleared the newly built barricades, in and behind which people were under massive pepper spray use. At the same time a platform was cleared from a tree near the Aachener Weiher in Cologne at noon, which was occupied by activists in solidarity with the Hambach Forest occupation.

Lundi également, la police a effectué une descente dans la propriété adjacente à la propriété forestière de Kurt Classen, également appelée le pré, dans laquelle se trouvent les habitations des occupants. Sans mandat de perquisition, ils recherchent un matériau approprié pour la construction de cabanes dans les arbres et de barricades. Avec les tronçonneuses, le matériel est détruit sur place De plus, les vélos des activistes mais aussi des journalistes sont saisis et jetés. Les meubles, les fenêtres, l’eau et bien plus encore sont confisqués. Un liquide sinistre – lentilles fermentées ou matières fécales – est jeté par la police dans la caravane des Medic. Pour cette intervention, la police fait référence à l’utilisation de la loi sur la police, qui permet une telle approche en cas de danger imminent aigu.
Also on Monday, the police raided the adjacent to the forest private property of Kurt Classen – also called the meadow – on which homes of occupants are. Without search warrant they search for material suitable for the construction of tree houses and barricades. With chainsaws said material is destroyed on site. In addition, bicycles of activists but also of press people are seized and thrown away. Furniture, windows, water and much more are confiscated. An ominous liquid – fermented lens or fecal matter – is disposed by the police in the Medic caravan. For this intervention, the police refers to the use of the police law, which allows such an approach in acute imminent danger.

Les parties de la forêt nouvellement occupées, Ghosttown, Blacksocks et Fenrir, sont tombées victimes des ascenseurs et des scies à chaîne. Mais le sinistre Qualityland est toujours là – caché dans les arbres.
The newly occupied parts of the forest Ghosttown, Blacksocks and Fenrir fell on Tuesday, Oct. 2nd, victims of the elevators and chainsaws. But the ominous Qualityland is still there – hidden in the trees.

Et la forêt reste résistante, le mouvement grandit et grandit et après six ans d’occupation, l’attention des médias est arrivée à un niveau sans précédent. Alors que RWE entreprend d’enfermer la forêt, la résistance ne peut pas être brisée et continue de construire des cabanes dans les arbres, malgré toutes les frontières et les clôtures, pour bloquer les excavateurs et les réservoirs d’expulsion et pour occuper des trépieds.
…et traduire…
And the forest remains resistant, the movement grows and grows and after six years of ongoing occupation, the media attention has arrived at an unprecedented level. While RWE sets out to enclose the forest, the resistance can not be smashed and continues to build tree houses, in spite of all borders and fences, to block excavators and eviction tanks and to occupy tripods.
…and to translate…

Commentaire d’une activiste

La police annonce l’expulsion réussie de plus de 60 cabanes dans les arbres, mais la résistance n’est pas terminée. Encore et encore, de nouvelles plateformes sont construites dans les arbres, il y a toujours au moins une occupation. Nous demandons non seulement que la forêt ne soit pas abattue, mais également la sortie immédiate du charbon. Cela doit toujours être exigé avec un changement structurel dans notre société. Parce que cela ne compte pas seulement la façon dont l’électricité est produite, mais aussi par qui et pour quoi. Nous ne voulons donc pas d’un géant de l’énergie, comme RWE, doté d’une source d’énergie sale, telle que le lignite, qui alimente l’industrie de l’armement. Tant que RWE continuera à abattre des arbres, nous continuerons d’essayer activement de protéger la forêt, d’empêcher le déboisement et de maintenir la sortie du charbon dans le discours public.
 
Moll, une activiste de la Forêt de Hambach

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.