Comment écrire des lettres aux détenu*s

Ce n’est pas toujours facile d’écrire des lettres ( surtout si vous ne les connaissez pas personnellement ). Alors voici quelques idées. Si vous en avez d’autres, qui ne figurent pas dans la liste, n’hésitez pas à en ajouter.

Des choses drôles ou folles vous sont arrivées récemment ? Ou quelqu’un* t’a dit quelque chose ? Peu importe si cela semble trivial. Les histoires sont des histoires! N’oublie pas que les flics le lisent aussi.

Par exemple:

  • Mon colocataire, Alex, a trouvé un pigeon blessé et s’en occupe maintenant. On l’a appelé Mike…
  • La semaine dernière, on a sauvé 10 kilos de bougies et de caviar. Cela a le goût de la confiture de mûres salée…
  • Je lis un livre sur une princesse qui veut vraiment épouser une grenouille. Livre pas mal !

Écrivez sur des choses qui se passent dans le monde. Les prisonni*r*s savent normalement ce qui se passe dans le monde par les grands médias. Mais il peut toujours pas faire de mal d’y vomir vos tripes. Sinon, il pourrait être intéressant d’écrire sur des sujets dont vous avez entendu parler ou qui ont été écrits sur des plateformes de médias alternatifs. Vous pouvez également écrire sur des sujets qui se passent autour de vous ( par exemple: « La semaine dernière, des personnes ont squatté un nouveau site ». Ou « Il y avait une manif contre le poison de rat ». Mais faits attention, que vous ne mentionnez pas votre implication ou celle des autres !)

Parlez aux gens dans la taule des luttes contre le droit et des prisons, dehors ou dans d’autres prisons ( par exemple: « À Berlin et à Brême, des gens ont récemment incendié des bâtiments de la justice » ou « Dans une prison à Nantes, il y a eu la première réunion légale d’un syndicat de prisonni*r*s »  ). Ce genre de histoires donne de l’espoir et encourage les gens à être actifs et à changer quelque chose à leur situation.

Des paroles de chansons, poèmes, devinettes, instructions de pliage d’origami… tout ce qui distrait de la vie quotidienne monotone grise peut aider !

Tu peux peindre quelque chose ou faire de quoi avec des paillettes et de la colle. Cela peut aussi aider si tu es coincé dans l’écriture. Pendant ce temps, tu auras peut-être de nouvelles idées à écrire. ( Beaucoup de gardes ne laissent pas passer des choses collées )

Mettez des photos, des paillettes, des devinettes, des autocollants, des plumes, des fleurs et des feuilles pressées, des poils de chien, des boutures et des images de journaux et magazines,… dans l’enveloppe. ( Encore une fois, si vous voulez être sûr que les documents écrits arrivent, essayez de ne pas en faire trop. D’un autre côté, c’est très agréable pour la personne en prison si une enveloppe surchargée passe sous le contrôle )

Si vous n’avez pas tant à dire, vous pouvez simplement écrire une carte postale au lieu d’une lettre.

Il y a aussi ce jeux de papier pour les groupes. Vous pouvez les jouer avec d’autres et envoyer les résultats:

  • Quelqu’un* dessine une tête sur un morceau de papier et le rabat. Ensuite on dessine un corps, puis des jambes, puis des pieds …
  • Quelqu’un* écrit une phrase comme « Oncle Alfred et un singe font les courses ». La prochaine est celle qui dessine et plie la phrase. Le suivant interprète le dessin et le écrit, et ainsi de suite …

Pleurez des histoires sur votre maison, vos relations et votre travail ( ok, ce n’est pas vraiment nécessaire si vous ne connaissez pas la personne dedans, mais pourquoi pas. Cela pourrait être agréable d’écrire à ce sujet et il peut être intéressant d’entendre des commérages. Au moins moi je l’aimererais… )

Ecrivez à quel point vous détestez les flics, l’état, les prisons et expliquez-leur aussi pourquoi, puisque crier des phrases c’est aussi ennuyant à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Si vous espérez une réponse, mettez toujours des timbres dans la lettre. Dans les prisons, vous recevez encore moins d’argent qu’à l’extérieur. Ne soyez pas triste si vous ne trouvez pas de réponse – les personnes à l’intérieur ont d’autres tâches à faire et ne sont peut-être pas d’humeur à écrire.

Surtout avec des détenu*s de longue durée, il peut être important d’écrire continuellement, d’avoir des discussions et de discuter. Faites attention aux réponses. Les lettres sont parfois le seul contact avec des personnes extérieures et il est donc important de ne pas simplement les remplir avec des conneries aléatoires. Demandez à la personne de connaître ses besoins, les détenu*s n’ont pas beaucoup d’options que nous prenons pour acquis à l’extérieur ( par exemple, rechercher quelque chose sur Internet ). Faites attention à la connexion avec cette personne et, si possible, ne rompez pas la relation!

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.