Blocus de la Hambachbahn près de Buir

“Si vous cassez nos nez, nous nous arrêtons vos trains!”

24 Octobre 2015 Ce matin, vers 5h30, des militant-e-s du mouvement anti-lignite de nouveau ont arrêté un train de charbon sur la voie ferrée appelée Hambachbahn. Le chemin de fer transporte du charbon de la mine de Hambach aux centrales électriques à proximité. L’action est venu comme une réponse directe à l’arrestation violente de deux Compas jeudi. Le nez de l’un d’eux était cassé.
Pendant l’action, les deux personnes se sont enchaînées à proximité ou au-dessous du train de charbon sur les rails. La circulation sur la Hambachbahn a ainsi été interrompue pendant au moins 8 heures. L’action est juste (13:30) terminée par la police. Malheureusement, nous ne disposons pas actuellement d’informations à quel poste de police les Compas ont été porté-e-s. La circulation est interrompue comme avant. La police juste commence à enlever les militant-e-s de la piste.

Actions militantes & arrestations contre travaux de déforestation

Original en allemand

22 Octobre 2015 Dans les derniers jours, plusieurs affrontements ont eu lieu dans la Forêt de Hambach, qui est menacée de déforestation. Les événements ont atteint leur apogée dans l’arrestation de deux compas et les réactions suivantes par des militant-e-s hier.

Directement après le Skill-Sharing-Camp, pendant lequel des militant-e-s environnementales se sont réuni-e-s à l’occupation dans la Forêt de Hambach et ont bloqué les voies ferrées de charbon, la société d’énergie RWE a construit une clôture de plusieurs kilomètres sur l’ancienne autoroute A4, qui divise la Forêt de Hambach en deux parties. De cette manière, les responsables chez RWE ont cru de pouvoir « protéger » la zone qui est prévue pour être déforestée cet hiver contre des actions directes. Du côté intérieur de la clôture, les pick-ups blancs de la service de sécurité ont patrouillé très fréquemment.

Déjà lundi et mardi, il y avait des premières actions contre la barrière. Des sachets de peinture ont été jetés sur les voitures de la sécurité et la clôture est tombée sur sa longueur totale.

Le mercredi, environ 25 personnes ont commencé une action pour permettre à nouveau tout le monde à se déplacer dans toute la forêt. À plusieurs lieux, sur une longueur de plusieurs centaines de mètres, la clôture a été endommagée et détruite. Quand les gardes de sécurité sont venus afin de l’empêcher, ils sont accueillis avec des sachets de peinture, des boules puantes et des pierres, et ils ne pouvaient pas se rapprocher. L’action a pris 20 minutes au premier tour, après une heure il y avait un deuxième tour pour une demi heure. Les sécurités semblaient impuissants, parce qu’ils étaient en infériorité numérique et ne pas pouvoir se rendre au bon côté de la clôture. Dans leur désespoir, ils risquaient de façon irresponsable leurs propres vies, par l’un de leurs petits camions a franchi à haute vitesse une barricade pendant qu’un sécu sur son dos essayait de chasser les militant-e-s, en arrosant-les avec un extincteur.

Le lendemain matin, des défrichements ont eu lieu au terre-plein de l’ancienne autoroute. Le broyeur forestier, qui ressemblait à une pelle normale, était gardé par une seule voiture de sécurité. 20 militant-e-s en ont profité pour franchir la clôture déjà brisée et «dévitrifier» la pelle et la voiture de sécurité. À la fois l’électronique du broyeur fut sabotée. Un sécurité a tenté d’intervenir et d’arrêter une personne, mais d’autres militant-e-s l’ont empêché de le faire. Ensuite, il était possible de faire des dégâts plus graves à la pelle, les tuyaux hydrauliques ont été coupés et l’électronique complètement détruite.
Le groupe pouvait se retirer sans problème dans la forêt. Mais 2 personnes, qui étaient indépendamment présentes dans la zone, ont manqué. La police est arrivée rapidement et a quitté les lieux à nouveau, avec une ambulance. Pour cette raison on a supposé que les personnes avaient été arrêtées.

En tant que réponse directe à l’arrestation, un groupe de 30 personnes a détruit les parties restantes de la clôture et brisé les vitres d’un camion. Ensuite, les deux ponts sur l’autoroute qui servent aux gardes de sécurité en tant que des bases permanentes furent attaqués, de l’équipement d’éclairage, des générateurs et le conteneur de détente des sécus ont été détruits. En raison de la taille du groupe, les sécus ne furent pas capables de réagir.

Le lendemain matin, un avocat a confirmé que les 2 arrestations – selon lui, une personne était dans le poste de police de Hürth, probablement elle doit être détenus plus longtemps. Il dit aussi, que la police prétendait que l’autre personne n’a pas demandé un avocat, ce qui est peu croyable. Pour cette raison, l’avocat ne pouvait pas recueillir plus d’informations.

Nous sommes tristes à propos de l’arrestation de nos deux compas, et Mr. Blue, qui est en prison depuis maintenant plusieurs semaines, nous manque aussi. Mais ils ne vont pas nous faire peur – une attaque contre une seule personne est une attaque contre tous! Et ça va pour les humain-e-s, les animaux et les écosystèmes!

La solidarité est une arme !
La Forêt de Hambach restera !

Écrivez à:
Florian Wilschke
Rochusstr. 350
D-50827 Köln

Notre merde contre votre violence!


Militant-e en face de la station de police à Düren

Texte original en allemand :
Par : Hambi Chaos Crew.
Vendredi, 9 Oct. 2015th

Aujourd’hui, la pièce de merde d’or va à la station de police à Düren – dans le vrai sens du mot. Pour opposer quelque chose aux conneries répressives avec leur brutalité croissante, que les militants de la Forêt de Hambach ont dû souffrir dernièrement, ont volé la nuit dernière des bombes de peinture et de merde vers la station de police. En outre, une bannière a été hissée sur lequel était écrit : « Notre merde contre votre violence ! » Cela devrait devait expliquer pourquoi, à l’extérieur et à l’intérieur des portes de la station de police, il y avait des grosses taches de peinture et de merde et une puanteur mauvaise se propageait.
Plus…

Lettre de Jus

« Compas ! 21 Septembre, Cologne

Depuis maintenant 60 jours, je suis détenu pour avoir bloqué l’expansion de la plus grande mine d’énergie extrême de lignite en Europe et de ses plus grand émetteurs de CO2, ce qui provoque non seulement la destruction de la forêt. Je me suis engagé et je m’engage aussi contre les massives injustices sociales et environnementales, sous les impacts desquels souffrent des gens dans les pays du Sud. Plus…

Armand Marozafy est libre !

Source: https://www.sauvonslaforet.org/succes/6809/armand-marozafy-est-libre
Pour l’histoire, lisez Madagascar : liberté pour l’écologiste Armand Marozafy

L’activiste écologiste Armand Marozafy pose tout sourire au côté de sa femme
Sur le chemin vers la liberté. Armand Marozafy et sa femme Modestine à la sortie de la maison d’arrêt ( © Ecolodge chez Arol )

24 sept. 2015 La Cour d’appel de Tamatave a ordonné la libération d’Armand Marozafy le 23 septembre 2015. Armand est sorti beaucoup trop tard de prison. Trop tard car il a purgé 5 mois au lieu des 4 auxquels il a été condamné. Trop tard surtout car il n’avait rien à faire en prison ! La mobilisation continue pour les forêts tropicales de Madagascar. Plus…

Madagascar : liberté pour l’écologiste Armand Marozafy

Depuis des années, une poignée de commerçants de bois tropicaux pille sans scrupules les forêts humides de Madagascar, rapporte l’organisation environnementale EIE. Même devant les parcs nationaux qui sont déclarés patrimoine mondial par l’UNESCO, les bûcherons n’arrêtent pas.
Armand Marozafy, militant écologiste, guide touristique et président du comité d’orientation et de soutien des aires protégées dans la région de Masoala
En 2010, Armand Marozafy était au centre d’un reportage de la BBC consacré à l’abattage illégal de bois de rose dans les forêts de Madagascar Plus…

Les Unist’ot’en ​​contre Chevron et Enbridge

Souveraineté, autonomie, autodétermination..
DeutschEnglish

Les Unis’tot’en ​​( C’ihlts’ehkhyu / Big Frog clan ) au Canada défendent leur pays contre Enbridge, Pacific Trails Pipeline ( Chevron ), Tar Sands Gigaproject et le GNL. « Le territoire des Wet’suwet’en, qui s’étend de Burns Lake dans les montagnes côtières, est un territoire souverain qui n’a jamais été cédée à l’État canadien coloniale; les Wet’suwet’en ne sont pas sous traité avec le gouvernement canadien. Leur territoire, donc, est et sera toujours libre, et appartient seulement aux Wet’suwet’en. » Les Unis’tot’en juste défendent leur propre pays.
Depuis 2009, le clan Unist’ot’en des Wet’suwet’en ​​tient une communauté permanente sur la voie projété de trois projets approuvés par le gouvernement: Northern Gateway ( 6,1 milliards $ ) d’Enbridge, Pacific Trail Pipeline ( 1,15 milliard $ ) de Chevron et Coastal GasLink ( 3,7 milliards $ ) de Trans Canada. Ces projets de pipelines ont été planifiées à travers le territoire des Wet’suwet’en. Depuis le début du 19e siècle, le gouvernement canadien tente d’expulser les indigènes, qui se défendent par tous les moyens possibles contre elle.


Plus…

Wolność dla Jus !Liberté pour Jus !

De l’amour & des embrassements de Reclaim the fields Polska!

Citation :

Wolność dla Jus!
Jus to nasz przyjaciel i aktywista aresztowany podczas sierpniowej akcji skierowanej przeciwko kopalni odkrywkowej w Hambacher Forst w Niemczech. Fota to nasz skromny wyraz solidarności i pamięci. Wolność dla wszystkich!
Zamiast minuty ciszy, całe życie w walce!

Traduction machinelle :

Liberté pour Jus !
Jus est notre ami et militant arrêté au cours de l’action de février contre la mine à ciel ouvert dans la Forêt de Hambach, Allemagne. (…) est notre modeste mémoire et la solidarité. Liberté pour tous-tes !
Au lieu des minutes de silence, une vie dans la lutte !