Communiqué de presse de Lebenslaute après blocus réussi


Communiqué de presse
Blocus concertant de Lebenslaute a été un succès
Heures de paralyse dans la mine à ciel ouvert

PM en PDF

Lisez aussi : Mise à jour : L’action de Lebenslaute
À 22 h 30 les militants de musique de Lebenslaute ont terminé leur blocus concertant dans la mine à ciel ouvert de lignite à Hambach. Plus de cinq heures toutes les roues étaient à l’arrêt. Déjà dans la matinée, RWE était forcé, en raison de la manifestation annoncée, d’arrêter les excavateurs sur le premier niveau. Quand l’orchestre et le chœur à 17 h 30 ont envahi la mine et un peu de temps plus tard ont commencé leur concert, le convoyeur principal a dû être arrêté aussi.
Le service de sécurité d’RWE et la police étaient rapidemment et en grand nombre sur place, mais n’ont trouvé aucun moyen de mettre fin au blocus à un coût raisonnable. « Notre action déterminée et notre forme d’action ont donné aux forces de sécurité aucune possibilité d’intervenir. Et peut RWE se permettre de faire évacuer un orchestre de 70 personnes avec choeur par la police ? Apparemment pas. Ceci est le résultat des protestations diversifiées contre le charbon nuisible au climat, qui s’étendent sans cesse depuis des années », déclara Marcus Beyer de Lebenslaute. « Y sont compris des comités de défense, des actions de masse comme Ende Gelände, et la résistance quotidienne des militant-e-s sur la prairie de Hambach et dans la forêt. »
Environ 20 h 30 RWE fait une « offre »: Si l’action serait immédiatement résilié, Lebenslaute et les auditeurs pourraient s’en aller sans les plaintes pour intrusion promises. Cette proposition a été rejetée de façon amicale. Au lieu de cela, après quelques œuvres majeures, le concert fut continué avec de la musique de chambre; il y avait, entre autres, un quatuor avec flûte de Mozart et la première suite pour violoncelle de Bach.
Lorsque, plus tard le grand chœur s’est formé, il commenca à pleuvoir plus lourd. En raison de la présence massive de la police Lebenslaute n’a pas réussi d’apporter plus des deux tonnels disponibles en tant que protection supplémentaire de la pluie. En raison de la pluie incessante les militant-e-s ont décidé à terminer leur blocus concertant avec deux pièces chorales. Sur leur chemin de retour elles-ils sont passées par l’endroit même où, à midi après la manifestation, des forces de police avaient barré l’accès à la mine. En partant-e-s la mine, les musicien-ne-s ont chanté : « Es tönen die Lieder, wir kommen bald wieder. Wir singen und spielen, wo immer wir woll´n » ( Les chansons elles retentissent, nous reviendrons bientôt. Nous chantons et jouons partout où nous le voulons. )
Depuis 1986, Lebenslaute combine la musique classique avec des actions politiques. Cet ensemble de musiciens entre 16 et 80 années de partout en RFA, qui a gagné 2014 le Prix de la Paix de la ville d’Aachen, joue de la musique classique là où ce n’est pas attendu, entre autres, sur des terrains d’exercice militaire, devant des usines atomiques et aux aéroports d’où sont expulsé-e-s des réfugié-e-s. Par moyen de la désobéissance civile les concerts de Lebenslaute cherche la confrontation politique justement là où chose se passe d’injuste, sous la référance aux lois.

Vous trouvez des photos actuelles aussi sur : www.lebenslaute.net
Ce communiqué de presse peut être trouvé comme PDF en allemand ici.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.